Dernières nouvelles de Pluton

 

new-horizons-pluton-1_5399065blue_skies_on_pluto-final-2-1200x630-e1444337175483

 

14 juillet 2015, date qui restera celle d’un survol historique de Pluton: après un voyage de plus de 9 ans et de presque 5 milliards de kilomètres la sonde spatiale New Horizon a prise des photos plus précises que jamais. Les regards braqués dans le monde entier se sont laissé séduire par le coeur glacé se dessinant à sa surface. Les images sont a couper le souffle.

La glace constitue le socle principal de la planète naine. D’apparence toujours actifs, incluant peut-être le brassage de liquides en-dessous de sa surface solide reformant en permanence les couches supérieures, ses reliefs seraient également couverts de vastes plaines, de creuvasses profondes et de montagnes pointues. Deux lunes de Pluton, Nix et Hydra sembles être recouvertes de glace. Même après avoir voyagé des milliards de kilomètres, les rayons solaires rendent la surface de pluton toujours aussi colorée.

Les dernières découvertes d’une mission à 720 millions de dollars ont été dévoilées lors d’une conférence de presse. Les images révèles des écoulements sur les bords du coeur appelé Tombaugh Regio, d’après le nom du découvreur de pluton.
Les écoulements sembleraient contourner les obstacles et remplir d’anciens cratères. A de telles températures, le méthane, le monoxyde de carbone et l’azote sont suffisamment solide et malléable pour s’écouler. Il semblerai que le phénomène soit récent (lors des derniers 10 millions d’années, un clignement d’oeil à l’échelle géologique) et témoigne d’une activité, mais laquelle? Deux scénarios principaux sont envisagés:
-du bas vers le haut, due à la chaleur résiduelle de son noyau
-du haut vers le bas, résultat de l’accumulation de givre sur les glaciers
Le deuxième scénario semblerai peu probable.

Une autre grande révélation de la conférence a été une image prise dans la partie ombragé de Pluton laissant apparaître une couronne de brume de couleur bleue composé certainement d’éthylène ou d’acéthylène. Les rayons solaires frapperaient les molécules de méthane et d’autres molécules produisant un mélange complexe d’hydrocarbures. Ces hydrocarbures s’agglomèrent en particules qui reflètent cette lumière bleue. Ces particules flottent allègrement au-dessus de l’atmosphère jusqu’à 130 kilomètres d’altitude.
D’après les mesures, la pression atmosphérique semble plus basse que prévue, cela reste a confirmer par les données.

L’équipe de chercheurs à présenté une nouvelle mosaique haute résolution prise lorsque la sonde se trouvait à 450000 kilomètres de Pluton. Mais la transmission est très lente (sur une durée de 16 mois) en raison de l’immense distance sur laquelle se fait la connexion radio. Seul 5 à 6 % des données ont été collectées. En attendant la sonde continu son périple en direction de la ceinture de Kuiper.

Pluton s’éloigne actuellement du soleil sur une orbite de 248 ans, ayant atteint son point le plus proche en 1989. New Horizons est la sonde la plus rapide envoyée par l’homme dans l’espace : elle a frôlé Pluton à plus de 49 000 km/h, et à cette vitesse une collision même avec un débris de la taille d’un grain de riz aurait pu se révéler catastrophique.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s