Le kombo, un poison psychotrope.

kambo-frog-tied-up

 

 

Lorsque le soir tombe sur la forêt tropicale, une grenouille géante vert émeraude fait son apparition dans la canope qui surplombe l’Amazone. Cet amphibien d’environ 10 centimètres d’envergure est extrêmement toxique, à un tel point que même les serpents le recrachent en quelques secondes. Protégé contre les prédateurs, la phyllomedusa bicolor mène une vie insouciante dans les sous-bois, sauf si un indigène de la tribu des katukina parvient à l’attraper. Commence alors une procédure qui ne doit pas lui être très agréable: les indigènes l’écartèlent entre quatre piquets positionnés en croix et chatouillent ses orteils. Avec un bâton, le chamane gratte le dos de l’animal et lui dérobe son secret mortel. La grenouille sera ensuite relâchée dans la forêt pour se remettre de cette aventure. Pour les katukina et les autres tribus du bassin de l’Amazone, cette grenouille géante arboricole est une véritable pharmacie sur pattes. Cette espèce se rencontre en Guyane, au Suriname, au Guyana, au Venezuela, en Colombie, au Pérou, en Bolivie et au Brésil, du niveau de la mer jusqu’à 800 m d’altitude dans le bassin de l’Amazone.

 
Le kombo, comme se nomme sa sécrétion, est considéré là-bas comme la panacée contre la malaria, la fièvre jaune ou les morsures de serpent. Les chasseurs utilisent le kombo comme booster de condition physique et de perception avant de partir chasser à l’affût, les femmes l’utilisent pour améliorer la fécondité. L’amphibien est aussi en vogue dans le milieu ésotérique et les médecines douces. Le poison est utilisé en Occident contre les migraines, les allergies et pour lutter contre la dépression. Sur internet circule des articles sur les bienfaits de cette nouvelle médecine, depuis la guérison de troubles intestinaux jusqu’à l’arrêt du tabagisme. À en croire certains récits, le kombo permettrait de combattre les maladies incurables comme le cancer, la maladie d’Alzheimer, le diabète. Cela reste à prouver sous contrôle médicale.

 
Les méthodes d’application de la substance sont diverses. La méthode traditionnelle des Amérindiens consiste à appliquer le poison sur des plaies provoquées par des brûlures volontaires sur les mollets, le dos ou les bras. L’effet est immédiat: les composants atteignent le système sanguin et le système lymphatique en quelques secondes. Des bouffées de chaleur et de frissons parcourent le corps, le rythme cardiaque s’accélère, les oreilles bourdonnent. Le poison déclenche une réaction immunitaire aiguë, souvent suivie de diarrhées, de vomissements et de gonflements de la gorge et du visage. Les effets durent environ un quart d’heure, suivis d’une heure de détente. Les biologistes cherchent encore à comprendre comment cette substance chimique produit ces effets. Une douzaine d’acides aminés, ou peptides, ont été identifiés par les chercheurs. Certains comme l’adénoreguline, jouent un rôle dans la dépression, la maladie d’Alzheimer ou les accidents vasculaires cérébraux. D’autres sont considérés comme parmi les plus puissants antibiotiques naturels. Le secret de ces grenouilles est un mélange de composé très efficace mais dont les effets sont imprévisibles.

 

 

Plus d’infos: https://azarius.fr/encyclopedia/84/Kambo/

Publicités

One comment on “Le kombo, un poison psychotrope.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s