Identifier un minéral en 10 étapes.

Étape 1: choisir un minéral.

How to Identify Minerals in 10 Steps (2)

Apprendre à reconnaitre les minéraux, c’est comme apprendre à cuisiner. Il faut commencer par suivre un protocole, étape par étape. Après un certain temps on se familiarise avec certains concepts, on commet quelques bourdes utiles pour progresser, puis on devient meilleur juste avant que cela devienne simple et fun. Un autre point commun entre la cuisine et l’identification des minéraux, c’est que bien que les professionnels usent de moyens couteux pour maitriser leurs sujets totalement, les amateurs peuvent toujours user des solutions les plus courantes et des outils les plus simples pour arriver au même résultat. La première chose à faire est d’observer et de tester votre minéral. Utilisez le plus grand morceau que vous ayez, et si c’est en plusieurs morceaux, soyez sûr que c’est du même minéral qu’il s’agit. Observez toutes les caractéristiques suivantes, et écrivez sur papier les réponses. Vous serez ensuite capable d’en déduire la nature de ce minéral.

 

 

Étape 2: évaluer la dureté.

Kit of Mohs' Hardness Mineral Identification

La dureté d’un minéral est sa capacité à résister à l’usure. Les minéraux qui ne peuvent être gratté sont durs. Vous pouvez évaluer la dureté d’un minéral en le grattant avec un ou des autres minéraux dont la dureté est déjà connue. Les minéralogistes utilisent l’échelle de Mohs comme référence. Comme vous pouvez le constater, le diamant se situe au sommet de l’échelle car aucun autre minéral ne peut le rayer. Le quartz est au niveau 7, car il peut être rayé par la topaze, le corindon, et le diamant. Le quartz peut rayer la fluorite par exemple. Imaginez que vous souhaitez tester la dureté de l’or pur. La calcite au niveau 2 rayera l’or, mais le gypse de niveau 3 ne le pourra pas. Cela signifie que la dureté de l’or se situe autour de 2,5 sur l’échelle. Une dureté de 2,5 est vraiment faible et c’est environ celle d’un ongle.

 

 

Etape 3: l’éclat.

lustre

L’éclat donne une idée du chemin que prend la lumière à la surface du minéral. Vous pourriez décrire le diamant comme étincelant ou la pyrite comme brillant, mais les minéralogistes utilisent des termes spéciaux pour distinguer les minéraux. Ils commencent par les séparer en deux groupes d’éclat: éclat métallique et éclat non métallique. Les minéraux comme la pyrite qui sont opaques et brillants font partie du groupe d’éclat métallique. Ceux d’éclat non métallique ne ressemblent pas à du métal.

 

Etape 4: la couleur.

How to Identify Minerals in 10 Steps (1).jpg

La couleur est sans doute la propriété la plus facile à observer. Malheureusement il est utopique de vouloir identifier un minéral rien que par sa couleur. C’est l’une des plus importantes propriété physique du minéral, reflétant les interactions des radiations électromagnétiques des électrons, des molécules, des ions… La couleur des gemmes et pierres semi-précieuses est l’une des caractéristiques qualitatives. Il existe une distinction entre les couleurs que l’on obtient sous les différentes formes que peut prendre le minéral: cristal taillé et poli, section sur lame de microscope, poudre… Quatre groupes principaux sont définis ainsi: achromatique, idiochromatique, allochromatique et pseudo-chromatique. Achromatiques (incolores), la lumière qui traverse les cristaux n’est pas modifiée (cristal de roche). Idiochromatique : se dit des gemmes dont la couleur est due à des éléments constitutifs de leur composition chimique et non à des impuretés. Allochromatique : se dit des gemmes colorées par des impuretés sans lesquelles elles seraient d’une autre couleur. Pseudochromatiques (apparemment colorés), des fractures, des courbes, des plis dans le réseau du cristal provoquent des irisations.

 

 

Etape 5: l’extraction de poudre.

poudre
Pour obtenir un peu de poudre, vous pouvez utiliser un morceau de porcelaine brute qui est plus dur que la plupart des minéraux pour gratter l’échantillon à analyser. Un bon exemple est le cas de la pyrite, aussi appelé or des fous pour sa confusion avec l’or véritable. Le test de la poudre est sans appel: la poudre de pyrite est sombre, tandis que la poudre d’or est dorée. L’observation du minéral sous forme de poudre est plus fiable que sa couleur sous forme brute. Par exemple, un échantillon d’hématite et de galène se ressemblera fortement sous forme brute, par contre la poudre d’hématite est rouge et la poudre de galène est grise.

 

 

Etape 6: l’habitus et les mailles cristallines

forme minerale.jpg

En minéralogie, l’habitus est la forme cristalline dominante d’un minéral, c’est-à-dire le mode d’association le plus fréquent de ses faces cristallines. Par exemple, le diamant et la pyrite cristallisent tous deux dans le système cubique. Cependant, le diamant se présente habituellement sous la forme (habitus) d’octaèdres brillants, alors que la pyrite forme généralement des cubes aux faces striées, moins souvent des octaèdres. La cristallographie quant à elle, est la science qui se consacre à l’étude des substances cristallines à l’échelle atomique. Les propriétés physico-chimiques d’un cristal sont étroitement liées à l’arrangement spatial des atomes dans la matière. L’état cristallin est défini par un caractère périodique et ordonné à l’échelle atomique ou moléculaire. Le cristal est obtenu par translation dans toutes les directions d’une unité de base appelée maille élémentaire.

 

 

Etape 7: clivage et fractures.

Cleavage muscovite.jpeg

Le clivage est l’aptitude de certains minéraux à se fracturer selon des surfaces planes dans des directions privilégiées lorsqu’ils sont soumis à un effort mécanique, certains dans une seule direction (le mica), dans deux directions (le feldspath), dans trois directions (la calcite), ou plus (la fluorite). Certains minéraux, comme le quartz, n’ont pas de clivage. Le clivage est une propriété qui résulte de la structure moléculaire et peut être qualifié de parfait, bon, ou mauvais. La fracture est une cassure qui n’est pas plate. Les deux principales genres de fractures sont conchoidal (quartz) et irrégulière. Les minéraux métalliques peuvent fracturer en esquilles. Les minéraux peuvent cliver dans un sens et fracturer dans une autre direction. Pour observer cela, vous avez besoin d’un marteau et d’une place sur pour l’utiliser. Observez les formes obtenues: feuillets, éclats, prismes, cubes, losanges, ou autres…

 

 

Etape 8: le magnétisme.

Magnetism (1)
Le magnétisme est une propriété détectable dans peu de minéraux. La magnétite est l’un des exemples les plus connus, et quelques autres (chromite, pyrrhotite) peuvent être légèrement attiré par un aimant. Pour cela utilisez un aimant puissant ou l’aiguille d’une boussole.

 

 

Etape 9: autres propriétés remarquables.
Le gout peut être utile pour vérifier un sel gemme (halite). Un test effervescent au vinaigre peut vérifier la présence de certains carbonates. Le poids peut donner un indice de la densité de l’échantillon. La plupart des minéraux sont environ trois fois plus denses que l’eau, il faut donc prendre note s’il est plutôt léger ou lourd par rapport à sa taille.

 

 

Etape 10: l’identification.
Maintenant vos êtes prêt pour l’identification des minéraux. Une fois que vous avez observé et noté toutes ses propriétés, vous pouvez vous aider d’un livre ou d’un site internet spécialisé.

Rocks & Minerals__1519653188_205.160.111.251.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s